Ce qu'il faut faire et ne pas faire pour encourager les femmes à s'intéresser à Linux [chapitre 3 du didacticiel]

Encourager les femmes à s'impliquer dans Linux implique non seulement d'apprendre quoi faire, mais aussi d'apprendre ce qu'il ne faut pas faire. Nous allons présenter ces idées par paires de "à faire"/"à ne pas faire", car il est plus utile utile d'avoir la paire que d'avoir seulement un des deux éléments.

Certaines de ces suggestions peuvent vous sembler effrontément évidentes à vous, mais pour beaucoup d'autres personnes, elles ne le sont pas. Chacune de ces suggestions est fondée sur de multiples évènements dans la vie réelle, impliquant des personnes pour lesquelles ces idées n'étaient pas évidentes. Essayez de n'écarter aucune de ces idées, ce sont de vraies suggestions par de vraies femmes, les femmes que vous voulez potentiellement attirer vers Linux. De plus, bon nombre de ces suggestions ne sont pas spécifiques au genre, mais vous aiderons à attirer de nombreux types de personnes à Linux.

3.1. Ne racontez pas de blagues sexistes [#ancre]

Les blagues sexistes sont le moyen numéro un de faire fuir les femmes de tout groupe, et elles sont plus courantes que ce que beaucoup de gen-te-s réalisent.

J'ai entendu plus d'une fois un homme dire qu'il ne faisait pas ce genre de blagues et, quelques minutes ou heures plus tard, entendu la même personne faire une blague à propos des femmes enceintes ou des femmes en période de règles.

Parfois, il ne se rend simplement pas compte qu'il a fait une blague sexiste, par exemple, les « blagues sur les blondes » sont simplement des blagues sur les « femmes idiotes ». Parfois, il me dit que ça ne pose pas de problème de faire une blague sexiste si elle est vraie, ou si elle est drôle (drôle pour qui ?).

Ce que certaines personnes n'arrivent pas à comprendre c'est que les blagues à propos des genres se moquent presque toujours des femmes, et qu'elles mettront la plupart des femmes mal à l'aise ou en colère, indépendamment du contexte. Ce n'est pas mieux de faire en premier une blague sexiste à propos des hommes, puis une à propos des femmes.

Vous pouvez dire que les femmes ne devraient pas être si sensibles (et je ne serai pas d'accord avec vous), mais même dans ce cas là, indépendamment de ce qui devrait être et de ce qui ne devrait pas être, vos remarques et vos blagues font fuir des femmes. Si ce n'est pas ce que vous souhaitez, alors ne faites pas de blagues sexistes. Si vous n'êtes pas sûr de savoir si une blague est sexiste ou non, alors trouvez autre chose à dire.

3.2. Réagissez contre les blagues sexistes [#ancre]

La prochaine fois que vous entendez quelqu'un-e faire des blagues à propos des femmes dans une liste de discussion ou en personne, protestez. C'est difficile de faire ça sans risquer de se ridiculiser soi-même, mais c'est encore plus difficile pour une femme de faire la même chose. Les femmes restent silencieuses quand quelqu'un fait une blague sexiste, parce que si nous réagissons, nous serons immédiatement attaquées comme étant trop sensible, crispée, ou une « féminazi». (Note: n'utilisez JAMAIS le terme "féminazi". Ce terme discrédite toutes les féministes et banalise les victimes de l'Holocauste. Imaginez comme ça paraît ridicule de traiter des personnes comme Rush Limbaugh (présentateur de show télévisé américain, NDT) « mecs chauvinazis » et vous devriez comprendre pourquoi « féminazi » est si fort émotionnellement).

La meilleure manière de se battre contre les blagues sexistes est l'humour. Si quelqu'un répond à un message à propos de réalisations techniques d'une femme par « A-t-elle un copain ? » répondez par, « Et ben Jeff, y'a pas à se demander pourquoi TU n'as pas de copine ». Chaque fois qu'une femme voit une réflexion ou une blague sexiste, elle se sent énervée, exclue et rabaissée. Chaque fois qu'une femme voit un homme protester contre ce genre de comportement, elle se sent valorisée et moins isolée.

3.3. Ne traitez personne de pétasse [#ancre]

Utiliser le mot "pétasse" (et plusieurs autres mots) est désobligeant envers les femmes, peu importe la personne à laquelle est adressée ce mot. Je n'aurais pas cru important de le mettre ici s'il n'était pas apparu que ce n'était pas si évident que je ne l'aurais pensé, étant donné que j'ai récemment pu entendre des développeurs Linux utiliser le terme "pétasse" tout à fait sérieusement, et avec une apparente nonchalance.

3.4. Montrez du respect [#ancre]

Parlez respectueusement de toutes les femmes, pas seulement de celles par lesquelles vous êtes attiré, et faites de même pour tous les autres êtres humains, de n'importe quel âge et quelle que soit leur apparence physique. Si vous ne faites pas ça, les femmes vont avoir tendance à penser que vous allez les traiter aussi mal que la personne que vous insultez et vous éviter.

3.5. N'arrachez pas le clavier des mains [#ancre]

C'est un problème général qui arrive quand on apprend quelque chose de nouveau à quelqu'un-e, mais cela arrive plus souvent aux femmes. Quelqu'un pose une question, et à la place de donner à cette personne une réponse, vous lui prenez le clavier des mains et vous tapez la commande à sa place. Ne faites pas ça ! Cela rend l'apprentissage plus difficile, et cela fait que l'autre personne se sent stupide et impuissante. En général, donnez aux gen-te-s une chance d'apprendre par eux-mêmes/elles-mêmes si ils ou elles sont intéressé-e-s pour apprendre. Vous pouvez penser faire une faveur à une amie en réparant sa configuration Apache pendant qu'elle est partie, mais si elle essaie d'apprendre comment configurer Apache, vous n'êtes pas en train de lui rendre service.

3.6. Donnez des axes et expliquez-les clairement [#ancre]

Bien que ce soit plus dur pour vous de prendre le temps et la patience d'expliquer quoi faire et pourquoi, et ensuite d'épeler la commande à taper, c'est profitable sur le long terme puisque l'autre personne apprend et vous êtes moins sûr d'avoir à redonner la réponse une autre fois. Spécifiquement, les femmes se sentiront plus confiantes dans leurs propres capacités si vous leur donnez la possibilité de taper la commande elles-mêmes.

3.7. Ne faites pas d'avances sexuelles aux femmes [#ancre]

Imaginez un bar ou un café plein de fan de sport, fans d'un jeu que vous ne connaissez pas, ou que vous n'aimez pas vraiment. Imaginez qu'ils sont tous plus grands et plus forts que vous, qu'ils parlent dans un langage que vous ne comprenez qu'à moitié, et rabaissent toute personne qui n'est pas complètement fan de leur sport. Maintenant, imaginez que vous marchez dans ce bar en portant un maillot qui dit "JE N'AIME AUCUN SPORT". Essayer d'imaginer ça juste une minute. Comment vous sentiriez-vous ? Nerveux ? Effrayé ? Différent ? Pas à votre place ?

Vous commencez à avoir une toute petite idée que ce que c'est que d'être la seule femme dans un grand groupe d'hommes.

Gardez cette sensation de nervosité en tête pendant que vous lisez la suite de ce paragraphe. Si vous faites immédiatement une avance sexuelle à une femme dans un LUG ou sur le Net, vous lui faites sentir qu'elle ne fait pas partie de la communauté, qu'elle est attaquée, et qu'elle risque d'être ostracisée si elle vous jette ou si elle vous offense. Souvenez-vous, ce n'est pas une situation amicale en tête-à-tête où elle se sent à l'aise pour vous jeter, elle est entourée pour l'équivalent des fans de sports sus-mentionnés. Elle essaye d'arriver et de s'intégrer au groupe et, en faisant ce que vous faites, vous l'empêchez de le faire, vous l'isolez par rapport au groupe. Les femmes grandissent dans la peur et la conscience constante de pouvoir être agressées par les hommes et donc, aussi stupide que ça puisse paraître, cela influence toutes leurs interactions, indépendamment de la façon avec laquelle elles paraissent être à l'aise avec les hommes.

Comme tout autre être humain, une femme veut avoir des ami-e-s qui l'apprécient pour ce qu'elle est. Chaque fois qu'elle reçoit un mail lui demandant de sortir avec quelqu'un, ça lui rappelle qu'elle ne fait pas partie du groupe, mais qu'elle est jugée différente, un objet de désir, et certainement pas jugée sur ces capacités techniques.

Ça peut sembler dur à avaler, vous ne devez pas vous précipiter sur les femmes qui sont présentes à des évènements Linux. Selon toute vraisemblance, vous n'allez pas perdre le seul et unique « vrai amour » de votre vie en ne lui sautant pas dessus immédiatement, par contre, vous allez perdre une chance d'avoir un membre intéressant et nouveau de la communauté Linux. Si vous pensez toujours que vous perdez une chance de trouver votre « vrai amour », gardez en tête que la plupart des femmes suffisamment courageuses pour venir à un LUG ou participer à votre liste de discussion locale feront probablement le premier pas de toute façon. En vous jetant sur elle à la première occasion, vous les effrayez, et vous effrayez aussi les autres femmes qui auraient pu être intéressées si la première était restée.

Cela est encore plus important pour les femmes que vous rencontrez par email ou par IRC. Vous pouvez penser que votre « As-tu un copain ? » est particulièrement suave et fine, mais on lui a faite un million de fois. Même si vous blaguez, même si vous avez une copine ou que vous êtes marié, ne la faites pas.

3.8. Agissez de manière sympathique [#ancre]

Quand on ne se jette pas sur les femmes, elle sont le plus souvent complètement ignorées. Ce n'est pas mieux. Les femmes nouvelles dans un groupe veulent la même chose que les hommes, nous voulons nous sentir bienvenues, nous voulons parler de nos passions communes, nous voulons nous faire des ami-e-s. Quand une femme dit quelque chose, écoutez et répondez d'une manière sympathique.

Commencez une conversation et trouvez un sujet dont vous avez envie de parler tou-te-s les deux. Ne partez pas du principe que, parce que c'est une femme, elle est intéressée par les sujets stéréotypiquement féminin, mais soyez ouvert et essayez de découvrir ce qui peut l'intéresser.

Vraisemblablement, elle est passionnée par d'autres choses que la coiffure, le maquillage et les stars si elle s'intéresse à Linux.

Beaucoup de femmes se plaignent que la seule chose dont les hommes parlent avec elles est la question des femmes et de l'informatique. Bien que ce soit une question importante, les femmes préférent parler d'autres choses la plupart du temps, et nous préférons particulièrement qu'on ne nous rappelle pas combien nous sommes « bizarres » quand nous arrivons dans un groupe. Attendez qu'elle se sente à l'aise et qu'elle ait trouvé sa place pour aborder le sujet si vous êtes intéressé.

3.9. Ne vous plaignez pas du manque de femmes dans l'informatique [#ancre]

C'est utile et constructif de parler du manque de femmes dans l'informatique si vous approchez le problème selon l'angle des femmes qui sont exclues d'un domaine excitant et épanouissant. C'est triste et pathétique de parler du manque de femmes dans l'informatique du point de vue de l'homme qui se plaint de sa terne vie amoureuse, et attribue celle-ci au manque de femmes dans l'informatique. La meilleure manière d'ennuyer et de faire fuir les femmes est de parler de ce sujet de cette manière. Ci-dessous se trouve une liste des réactions les plus courantes d'une femme écoutant un homme pleurnicher à propos du manque de femmes dans l'informatique :

  • « Et moi, je suis invisible ? Est-ce qu'il se rend compte que je suis là ? »
  • « Intéressant d'entendre que j'existe uniquement pour servir les hommes solitaires. »
  • « Pathétique, tu es si pathétique.»
  • « Alors pourquoi ne fais-tu pas quelque chose au lieu de te plaindre ? »
  • « Encore une fois, tout le monde part du principe que seuls des hommes écoutent. »
  • « Peut-être que je ne devrais pas être ici. »
  • « Qu'est ce qui ne va pas avec moi puisque je suis ici, et les autres femmes, non ? »
  • « Il est si égoïste. »
  • « Pas étonnant qu'il n'ait pas de copine. »
  • « Non seulement je suis dans une boucherie, mais en plus je suis du pâté de foie. »

Comme vous pouvez le constater, non seulement pleurnicher comme ceci ennuie les femmes, mais cela incite aussi les femmes présentes à partir. En aucun cas cela ne fera qu'une femme sortira avec vous.

3.10. Encouragez vraiment les femmes à faire de l'informatique [#ancre]

Au lieu de vous plaindre à propos du manque de femmes (dans ce domaine), faites quelque-chose. Tenez compte des reproches des femmes (à commencer par ce HOWTO alias guide pratique), lisez des études (malheureusement non disponibles en français, NDT) analysant pourquoi les femmes évitent l'informatique, les mathématiques et la science en général, et trouvez des façons d'encourager les femmes. Soyez encourageant et soutenez les gen-te-s qui parlent des raisons qui poussent les femmes à ne pas s'intéresser à l'informatique. Si vous avez la possibilité, tâchez de parrainer des femmes. Parrainer signifie aider, encourager et conseiller quelqu'un-e dans son apprentissage et dans sa carrière. Tout le monde n'est pas capable de parrainer, et il est difficile de trouver des parrains et des « élèves » compatibles, mais quand ça fonctionne, les résultats peuvent être spectaculaires. Ne pensez pas, malgré tout, que le parrainage soit une manière de trouver une copine; tout ce qu'un mentor retire de ce type de relation est le prestige indirect émanant de sa/son « élève » et la joie de voir une autre personne progresser.

3.11. Ne pointez pas du doigt quand des femmes arrivent [#ancre]

Personne n'aime être pointé-e du doigt ou dévisagé-e. Pourquoi est-ce qu'une femme apprécierait ça ? Beaucoup de femmes regrettent que, quand elles pénètrent dans une pièce remplie de fans de Linux, soudainement, les conversations s'arrêtent, tout le monde se retourne et regarde, et quelque personnes montrent même du doigt pour être sûr que leurs camarades aient remarqué ce que tout le monde fixe. C'est intimidant et désagréable, largement suffisamment pour faire jurer à une femme de ne jamais revenir.

Une bonne citation de Mia, une femme linuxienne :

Je n'ai jamais essayé de venir à un LUG, mais j'ai été à d'autres évènements geeks où tout le monde s'est retourné et m'a fixé quand je suis entrée ... je me sentais plus dans « la scène de l'étranger arrivant dans le saloon » dans un western qu'ailleurs.

3.12. Traitez les nouveaux/nouvelles arrivant-e-s poliment [#ancre]

Quand une femme arrive dans une réunion d'un LUG ou envoie un message sur une liste de diffusion, agissez de manière naturelle. Tâchez de la traiter de la même manière que n'importe quelle autre personne que vous voudriez intégrer à votre groupe. Souvenez-vous, ce n'est pas flatteur de lui rappeller qu'elle est étrange, spéciale ou bizarre. Commencez à considérer les femmes comme une composante normale de la communauté Linux, et vous participerez énormément à en faire une réalité.


[Note de l'éditeur web : Cette page est longue, vous en êtes à peu près au milieu (sur un total de 26 parties dont la longueur est variable). Vous pouvez revenir au début de la page ou poursuivre avec la partie n°13.]


3.13. Ne traitez pas les femmes d'une manière stéréotypée [#ancre]

Ne partez pas du principe que les femmes aiment faire la cuisine, coudre, qu'elles aiment les bébés et qu'elles sont dans ce LUG ou dans cette liste de discussion uniquement parce que leur petit-ami, leur mari ou leur fils est intéressé par Linux. Une femme me disait que chaque fois qu'un membre expliquait quelque chose, cette personne utiliserait une analogie avec la cuisine ou les bébés, présumant que c'étaient les sujets avec lesquels elle serait le plus à l'aise. Ne présumez pas que nous ne sommes pas intéressées par les bagnoles, les mathématiques, les avions de combats ou la robotique. Ne présumez pas que nous ne savons pas comment compiler un noyau; je connais personnellement au moins 15 femmes qui peuvent compiler elles-mêmes leur noyau et plusieurs d'entre elles écrivent aussi du code pour le noyau. Si vous êtes chanceux, une d'entre elle se montrera dans votre LUG ou sur votre liste de discussion et vous ne l'insulterez pas en partant du principe qu'elle ne peut même pas installer sa machine toute seule. Ne préjugez pas qu'elle s'est intéressée aux ordinateurs parce qu'elle aime "chatter" ou utiliser des messageries instantanées. Les femmes peuvent jurer aussi bien que les hommes ; n'essayez pas de vous rattraper quand vous dites une insulte en présence d'une femme. Si elle a lu un petit peu de code noyau (par exemple arch/sparc/), elle a déjà entendu le mot "fuck" (toute personne disposant d'une traduction acceptable de "fuck" est la bienvenue, NDT).

3.14. Traitez les femmes comme des personnes normales [#ancre]

Autant que possible, agissez comme si les femmes étaient simplement des personnes normales dans votre groupe, parce que c'est exactement ce que nous sommes. Des personnes se plaignent, « Les femmes veulent être traitées comme des personnes normales, mais elles me demandent de ne pas faire de blagues sexistes à côté d'elles ! C'est paradoxal ! ». Disons que, si vous définissez les « personnes normales » comme étant « les mecs avec lesquels je traîne normalement », alors c'est un paradoxe. Si vous incluez les femmes dans votre définition de « personnes normales », et qu'ensuite vous traitez les personnes normales d'une manière juste et respectueuse, alors les femmes ne nécessitent pas de traitement spécial.

Si vous ne savez toujours pas comment vous comporter avec les femmes, essayez la méthode suivante : soyez gentil, mais pas oppressant, informatif, entamez des conversations comme vous le faites d'habitude, et partez quand la conversation est finie. Si vous passez la majeure partie de votre temps avec un sous-ensemble assez réduit de la population masculine, vous allez devoir changer dans une certaine mesure votre comportement, mais pas plus que si vous parliez à un homme venant d'un milieu complètement différent. Si vous trouvez que vous avez à changer énormément votre comportement quand vous parlez aux femmes, vous devriez peut-être changer votre comportement de manière plus générale. Personne ne s'y trompe si vous ne faites pas de blagues sexistes quand il y a des femmes, mais que vous recommencez à en faire quand (vous pensez que) plus aucune femme n'écoute.

3.15. Ne critiquez pas trop [#ancre]

Les femmes sont sociabilisées de manière à être beaucoup plus sensibles aux critiques que les hommes, et aussi plus critiques envers elles-mêmes. Par conséquent, les femmes sont plus susceptibles d'être mal à l'aise quand des critiques insistantes et injustes leur sont faites que les hommes. Quand vous êtes tenté de critiquer, essayez de vous souvenir que personne n'est né en sachant compiler un noyau et que, à un certain moment, vous ne saviez rien de Linux, vous non plus. Les gen-te-s perdent peu à peu leur interêt pour quelque chose s'ils/elles ont l'impression d'y être mauvais-e, donc si vous voulez que quelqu'un-e continue à être intéressé-e par Linux, ne critiquez pas au point que cette personne pense qu'elle est simplement très mauvaise.

3.16. Faites des compliments [#ancre]

En moyenne, les femmes sont moins confiantes en elles que les hommes, et se jugeront généralement plus durement qu'eux. Les compliments aident à améliorer la confiance en soi, ce qui en retour aide à rester intéressé-e par un sujet. Si elle pense ne pas être bonne du tout pour Linux, elle va probablement arrêter d'y travailler.

Quelques indications pour complimenter quelqu'un-e:

  • Soyez sincère et honnête. Si vous pensez que son programme est une horrible merde, ne lui dîtes pas que vous admirez sa beauté syntaxique. Trouvez quelque chose que vous pouvez honnêtement admirer et complimenter.
  • Soyez précis. « Tu te débrouilles bien sous Linux » ne veux rien dire, « Tu sais toujours quelle distribution recommander » est précis, et par conséquent intéressant.
  • Faites des compliments appropriés. Ne complimentez pas un-e développeur/développeuse noyau sur la manière dont il/elle installe Linux. Ne complimentez pas un-e développeur/développeuse Gimp sur la manière dont il/elle utilise les calques. Faites attention à ce que votre compliment porte sur une réalisation importante, plutôt que de prouver que votre niveau d'ignorance de ses compétences.
  • Comparez avec vous-même. Si quelqu'un-e a appris le scripting en bash plus vite que vous, dîtes lui. Dites: « Wahou, tu as appris le scripting bash en X mois, alors que j'ai mis deux fois plus de temps ». Ou alors, si il/elle a fait une erreur idiote de compilation, racontez lui la pire que vous ayez faite. Quand il/elle apprendra que ses erreurs ne sont pas si inhabituelles, il/elle se sentira rassuré-e.
  • Complimentez avant de critiquer. Si vous avez une critique constructive, c'est une bonne idée de démarrer par lui dire ce qu'il/elle a bien fait.
  • Complimentez et ne critiquez pas. Ne suivez pas toujours un compliment d'une critique. Plus souvent, vous pouvez simplement complimenter.
  • Ne soyez pas fièr(e). Dire, hors de propos, « Il/Elle peut compiler son noyau ! » et présenter ceci comme proprement incroyable, ce n'est pas faire un compliment, c'est être fier à propos de ses compétences, comme si vous en étiez quelque part responsable. Les parents sont particulièrement coutumiers de ce genre de fierté. Faire remarquer son expertise d'une manière discrète et subtile est bien plus intéressant: « Tu sais, si tu as une question à propos de la compilation du noyau, il/elle pourra t'aider bien mieux que moi ». Quand quelqu'un-e remarque mes capacités de cette manière, c'est particulièrement merveilleux.

Vous ne devriez probablement pas la complimenter sur ses cheveux, son visage, son corps, ou son tempérament délicieux. Si elle est intéressée par Linux, elle est par définition une geek, et souhaite probablement être complimentée au sujet de son intelligence, de ses compétences et de son travail. Complimentez-la à propos de sa première installation de Linux, à propos de son bureau personnalisé, à propos de ses questions intéressantes et intelligentes lors de la dernière réunion. Un compliment au sujet de n'importe quoi d'autre est inapproprié et ce sera perçu comme une avance (parce que la plupart du temps, c'est effectivement le cas), et la fera se sentir moins à l'aise et moins confiante.

3.17. N'invitez pas uniquement des intervenants masculins [#ancre]

Si tous vos intervenants sont des hommes, les femmes le remarqueront et ne se sentiront pas bienvenues. Des modèles fournissant une identification sont importants pour rester intéressé-e dans un domaine.

3.18. Demandez aux femmes si elles veulent parler [#ancre]

C'est étonnamment facile de trouver de brillantes informaticiennes désireuses de venir parler avec votre groupe. Si vous expliquez que vous essayez d'encourager les femmes à faire de l'informatique, beaucoup de femmes pourrait être encore plus intéressées pour parler à votre évènement. Les intervenantes sont probablement le moyen numéro un de faire venir des femmes à vos évènements. Elles pourront avoir un modèle, lui poser des questions à propos de ses expériences, et pour quelques heures au moins, ne pas se sentir comme la seule femme qui est intéressée par les ordinateurs. Arrangez-vous, quand vous invitez une intervenante, pour faire une publicité suffisante, particulièrement auprès des femmes.

Une femme me raconte qu'elle a remarqué que dans son LUG, les intervenantes étaient moins écoutées et plus critiquées. Elle pense que c'est peut-être à cause de la peur qu'éprouvent les membres du LUG à l'idée que l'intervenante puisse savoir quelque chose qu'ils ne savaient pas déjà. Arrangez-vous pour que ceci n'arrive pas à vos intervenantes.

3.19. Ne pratiquez pas la micro-spécialisation [#ancre]

Peut-être que vous et vos amis êtes parfaitement contents de venir à votre LUG et de parler tout le temps des mêmes sujets (la dernière carte vidéo, les doom-like, les robots), mais les femmes ont rarement la même capacité que les hommes à rester intéressées par de petits domaines. Essayez de faire en sorte que tou-te-s vos intervenant-e-s de parlent pas de micro-spécialités, de ne pas discuter toujours des mêmes sujets.

3.20. Discutez de sujets plus larges [#ancre]

Prévoyez des intervenant-e-s sur un ensemble de questions plus large que de simples spécialités techniques. Les femmes ont tendance à être plus intéressées pour les questions sociales et politiques liées à l'informatique, et les femmes tendent généralement aussi à avoir une gamme d'interêts techniques plus larges dans le cadre de l'informatique. Essayez d'organiser une discussion à propos des compilateurs si vous discutez toujours à propos de l'USB, ou une présentation des différentes licences libres plutôt que de ressasser sans fin la discussion sur les pilotes non-libres de Nvidia.

3.21. Ne rendez pas vos réunions difficiles d'accès [#ancre]

Presque la pire réunion possible : 22h le lundi soir, dans un hangar ou dans une banlieue, avec une entrée non-indiquée, dans une rue déserte, sans aucun transport public disponible. Oh, au fait, nous servons des pizzas (au choix : de la viande, plus de viande, ou énormément de viande) et de la bière de mauvaise qualité. Ai-je précisé que nous allions au café des sports après ?

3.22. Rendez vos réunions faciles d'accès [#ancre]

Comme d'habitude, suivre ces suggestions rendront vos meetings plus facile d'accès pour tout le monde. Essayez d'organiser vos meetings à des moments compatibles avec l'école et la famille; c'est-à-dire pas trop tard le soir. Vérifiez que vos réunions se tiennent dans des endroits sûrs, facile d'accès et bien desservis par les transports en commun, s'ils existent. Si vous voulez que de nouvelles personnes viennent, le lieu de réunion doit être clairement indiqué et facile à trouver. Si vous servez de la nourriture et des boissons, tâchez de varier le menu. Après un sondage informel, nous nous sommes aperçu-e-s que les femmes préféraient les sandwiches, les fruits et les légumes plutôt que les pizzas. Les plats chinois sont un moyen simple d'avoir une nourriture variée. Pensez à proposer un menu végétarien. Si des membres de votre LUG ont des connaissances en dehors de vos réunions, tâchez de faire des choses qui soient attirantes pour les personnes venant de milieux différents.

3.23. Ne mettez pas les nouvelles personnes mal à l'aise [#ancre]

Si une nouvelle personne arrive et que tous les autres membres refusent de parler ou d'accueillir cette nouvelle personne, cette personne ne reviendra probablement pas. Vraisemblablement, tout le monde est trop occupé pour dire bonjour, mais cela ne fait aucune différence. De plus, si d'autres membres attaquent ou ignorent simplement ce que cette nouvelle personne dit, elle n'aura probablement aucune raison de revenir.

3.24. Aidez les nouveaux/nouvelles arrivant-e-s à s'impliquer, participer [#ancre]

Demandez aux personnes nouvelles de se présenter et de parler un petit peu de leurs projets et de leur centres d'intérêt. Essayez des styles de réunion plus informels ; à la place d'un-e intervenant-e parlant à un public passif, essayez d'avoir un ensemble de questions/réponses ou faites des tours de table. Laissez les membres parler quelques minutes de leur propres projets; ainsi, les nouvelles personnes se trouveront des centre d'interêt communs avec des membres actuels, et donc des affinités potentielles. Si quelqu'un-e dans votre groupe est motivé-e pour rencontrer et parler avec des étranger-e-s, demandez-lui/elle de servir d'hôte et d'accueillir les personnes nouvelles dans le groupe ou dans la liste de discussion.

3.25. Ne sous-estimez pas les copines et les compagnes [#ancre]

Beaucoup de femmes impliquées dans Linux ou dans l'informatique sortent ou sont mariées avec des hommes avec des interêts similaires. Beaucoup de personnes partent du principe qu'une femme est intéressée par Linux uniquement parce que son copain ou son mari l'est. Des femmes découvrent quelques fois Linux par l'intermédiaire d'un copain (ce qui ne rend pas leur interêt moins valable ou moins important). Le plus souvent, les femmes sont intéressées par Linux ou par l'informatique, commencent à se faire des ami-e-s et à rencontrer des gen-te-s dans ce mileiu, et parce qu'il y a peu de femmes dans ce milieu, nous trouvons évidemment facilement une personne avec qui sortir dans ce même milieu. N'en concluez pas que beaucoup de femmes sont impliquées dans Linux seulement grâce à cette relation. Pour beaucoup de femmes, l'interêt pour Linux est antérieur à cette relation. Je me suis intéressée personnellement à Linux alors que je sortais avec un anglais qui ne savait même pas ce que pouvait être un système d'exploitation.

Une des personnes de LinuxChix raconte qu'une de ses premières invitations à venir parler à une conférence était dans le cadre d'une discussion intitulée "Femmes de hackers". La célébrité du monde du logiciel libre qui a suggéré cette discussion ne comprenait pas pourquoi elle se sentait insultée. Après tout, son propre travail dans le logiciel libre était sans importance comparé au fait qu'elle était la femme d'un célèbre développeur du noyau.

3.26. Traitez les petites amies et les compagnes comme des personnes autonomes [#ancre]

Les petites copines et les compagnes de personnes intéressées par Linux ont souvent leurs propres vies et leurs propres projets, souvent aussi dans le domaine Linux, du logiciel libre ou de l'informatique. Plutôt que de les traiter comme une extension de leur copain ou mari, reconnaissez qu'elles ont leurs propres intérêts et domaines d'expertises, et discutez-en avec elles.


Retour au début du contenu (sur cette page), Retour au sommaire global du document.