BNSSA : l'importance du mental

Le mental, l'état d'Esprit, est une force et un muscle à travailler en lui-même.

Les BNSSA apprennent à particulièrement le mobiliser pour réussir les apnées.

Les sportifs·ves savent déjà que la douleur d'une articulation ou d'un muscle ne doit pas faire stopper l'effort pour autant, dans une certaine mesure évidemment : une blessure/déchirure est à éviter tout de même. Cette compétence sera utile pour le PMT (épreuve 2).

Le Mental du/de la nageur/euse en général, c'est aussi un entraînement permanent, au moins 1.500m par séance ou pas semaine par exemple pour se maintenir à niveau. Cette dimension est la motivation à s'entraîner, voire à se former (formation continue) tant que possible.

Les premièr·e·s diplômé·e·s BNSSA de l'année, souvent en janvier pour un entrainement ayant débuté en septembre, ont un intérêt à continuer à venir à l'entrainement hebdomadaire puisque certain·e·s co-stagiaires ne passeront l'examen que fin mai. La structure formatrice poursuit donc logiquement la formation jusque cette période, et il est alors intéressant de pouvoir continuer à faire du remorquage de mannequin et autres exercices spécifiques (consolider ses apnées avec repères, par exemple), rarement réalisables lors des séances publiques en piscine.

Ce caractère fait l'objet de stages spécialisés qui y font appel, comme le sauvetage en eau froide en tenue civile (= ni maillot de bain ni combinaison isotherme) : Aspirant·e·s pompièr·e·s suisses, Pompièr-e-s de Paris.

Le mental peut aussi se comprendre comme cérébral. Sachant que certaines associations donnent à leurs stagiaires le corrigé des 190 questions de base (celles qui composent le panel pour l'examen), il serait minables d'échouer à l'examen pour cela. (Puisqu'il suffit de réciter 40 réponses, l'examen se fait en cinq minutes).

Au-delà de l'examen, il est bon de s'y connaître en Droit des baignades, tant en piscine que en eaux intérieures ou en mer. Les gens nous prennent pour des MNS, de quoi on a l'air si on ne sait pas répondre à une question juridique basique sur notre métier ?